Nous vivons dans un monde où tout va et où tout doit aller de plus de plus vite… Le tricot permet déjà de s’arrêter, de faire une pause dans notre vie, à un instant T : le soir, dans les transports… Mais, certains moments difficiles de la vie nous amènent parfois à tricoter de manière presque automatique, sans réellement profiter de ce que nous sommes en train de faire. Et cela m’est arrivé… 

Vous le savez, le tricot est une vraie passion chez moi et c’est la raison pour laquelle j’ai ouvert ce blog depuis bientôt 3 ans maintenant…Le tricot est une partie de moi, il fait partie de ma personnalité, qui est plutôt tranquille. Lorsque j’ai commencé le tricot, j’en ai tout de suite ressenti les bienfaits sur moi et sur mon esprit. Le tricot me permettait de calmer le flux de pensées positives ou négatives, les idées que j’avais. Sans les empêcher d’exister, il me permettait de les contrôler…

gifstejeriles10

Il y a quelques mois, j’ai perdu un proche qui m’était cher… Cela a été dur et difficile… J’ai alors commencé à tricoter mécaniquement, presque automatiquement, sans vraiment prendre le temps, sans vraiment prendre conscience de ce que je faisais. Je n’arrivais plus à profiter de cet instant…

J’ai décidé de poser mes aiguilles pendant ces vacances d’été pour méditer et me recentrer sur moi-même notamment grâce à la pratique de yoga, de taï-chi et de méditation. 

Durant mon voyage au Japon et grâce à ma pratique de la méditation, j’ai compris que je devais essayer de vivre en « pleine conscience ». « Qu’est-ce que vivre en pleine conscience ? », me direz-vous ? La « pleine conscience » nous vient du bouddhisme. C’est la « troisième forme de sagesse ». Selon moi, vivre en « pleine conscience » est vivre tout en étant conscient de ce qui nous entoure et de vivre chaque instant… Il s’agit de concentrer son attention sur le moment présent et d’analyser les sensations que l’on ressent.  J’ai essayé d’observer ces sentiments de profonde tristesse et de manque que j’avais… Il ne s’agissait pas de lutter contre mes pensées négatives, ni de les refouler, mais de les observer et de les accepter… Ce que j’ai fais… Et, croyez-moi, c’est une merveilleuse façon de vivre ! 

Maintenant, vous vous demandez sûrement comment j’applique cela au tricot ? 

Lorsque l’on tricote nous aimons toutes et tous observer notre ouvrage grandir sur nos aiguilles. Mais, dites-moi…A quelle fréquence le regardez-vous ? Je ne veux pas dire le regarder tout simplement, mais vraiment le regarder : la couleur et les nuances de la laine, les fils qui s’entrecroisent les uns avec les autres, la sensation du fil dans vos mains… Utilisez vos sens pour être pleinement consciente de l’oeuvre d’art (oui oui) que vous réalisez.

Cet ouvrage que vous tenez dans vos mains est une pièce unique que vous êtes en train de créer et il n’y en aura jamais de pareil…

Parlons à présent de notre stock de laine. Qu’il prenne toute la place dans vos placards, déborde des étagères ou tienne dans une minuscule boîte, tout le monde en possède un. Vous hésitez à prendre ce bel écheveau de peur de le gâcher ? Mais, foncez et tricotez-le ! La laine se rachète, si vous en voulez plus, vous pourrez en avoir à nouveau ! Cela ne correspond pas au patron ? Ce n’est pas grave, on le remet en écheveau et on le garde pour plus tard. Sentez, ressentez la fibre glisser entre vos mains et vos aiguilles…

Profitez de l’instant, soyez à l’écoute de vous, des autres et de vos émotions, soyez pleinement conscients et soyez toujours, toujours positives et positifs ! <3 Je vous aime fort les triconautes ! *coeur avec les doigts*

coeur-doigts

jaenelle signature

 

Rendez-vous sur Hellocoton !