En ces premières journées d’hiver, je vous propose un petit voyage dans un pays chaud pour y découvrir l’histoire de la laine : le Maroc ! Mesdames et Messieurs, la commandante de bord, Jaenelle, et tout l’équipage de l’avion vous souhaite un agréable voyage sur notre compagnie aérienne : Air A l’Estudiantine. Veuillez à présent attacher vos ceintures, nous allons décoller pour le Maroc.

avion

 

HISTOIRE DE LA LAINE AU MAROC

De tout temps, la laine a été utilisée en Maroc pour réaliser des vêtements ou des tapis. L’art de la laine aurait commencé sous la civilisation des Capsiens qui ont vécu entre 9000 et 7000 avant J.-C. C’est à eux que l’on devrait les bases de fond et de forme de la plupart des artisanats. Durant l’Antiquité, on retrouve la présence de ce qui semble être un tapis à points noués dans une des oeuvres d’Homère.  Le tissage des tapis apparait dans les années 1500 av. J.-C. Ce savoir était alors transmis de mère en fille ou était réservé aux hommes selon les régions.

Sur des mosaïques romaines, on peut voir que le fuseau, appelé Maghzal, était également utilisé pour le filage de la laine qui est la matière première des tapis. Cependant, aucune trace de fuseau n’a été retrouvée. Cela peut-être dût à l’emploi de matériaux qui n’ont pas pu se conserver avec le temps.

filage mosaïque maroc

Source : Encyclopédie berbère

Le maghzal avait (et a toujours) une grande symbolique. Il possède notamment un certain nombre de symboles et de vertus. Il faut savoir, qu’une fileuse de Grande Kabylie ne vous prêtera jamais son fuseau et restera sa propriété unique. A tel point que les fileuses étaient enterrés avec le leur.

filage maroc

Encyclopédie berbère

Chaque couleur possède une symbolique qui lui est propre. Le rouge correspond à Fatima, le vert à la couleur de l’espoir, le bleu à celle du ciel, le blanc à la paix et au mariage et pour finir, le jaune à celle du désert et du sable.

CE QU’IL RESTE AUJOURD’HUI

Malgré l’expansion de tapis étrangers, l’art du tissage reste très présent dans des villes comme Rabat où des hommes continuent de tisser minutieusement des tapis aux couleurs multicolores. La teinture chimique s’impose de plus en plus. Cependant, l’on peut encore trouver des tapis teints à la main à partir de sulfate de fer, de feuilles d’amandier ou de l’urine de vache (oui oui vous avez bien lu ^^).

Au Maroc, l’on distingue les tapis citadins, dont les plus beaux sont réalisés à Rabat, des tapis ruraux réalisés par les Berbères. Il faut également distinguer les tapis bédouins, touaregs (à reliefs et avec différents tissus), nomades (ou Hambal) et berbères (qui sont réversibles) : c’est presque une science ! Les tapis de Marrakech sont considérés comme les plus beaux du pays. Cependant, ils ne sont pas fabriqués sur place mais dans la région de Chichaoua non loin de la route d’Essaouira. La plupart d’entre eux sont tissés sur fond rouge. Les tapis berbères du Haut-Atlas sont les plus petits et les moins épais. Chaque tribu possède des couleurs et des motifs qui lui sont propres et qui se retrouvent dans la confection de leurs tapis.

Aujourd’hui, le filage a également tendance à disparaître à cause des coûts de production qui sont trop élevés. L’écart entre un fil de chameau tressé de manière industrielle et artisanale est de près de 4000 dinards !

OU PEUT-ON SE PROCURER DE LA LAINE MAROCAINE ?

Pour de la véritable laine marocaine, je vous recommande l’article de Jakecii qui vous donne trois bonnes adresses de revendeurs de laine en plein coeur de Marrakech 🙂

Cependant, il est très difficile de trouver une boutique vendant de la laine marocaine en ligne, le mieux étant de se rendre sur place. Malgré tout, vous pourrez trouver quelques laines en poils de chameau sur la boutique de la Filature du Valgaudemar, de la Bellelaine, de la boutique Création Mohair et de la Filature Laine pour vous transporter au pays. 😀

 

Alors, cet article vous a plu ? Dites le moi dans les commentaires ! 🙂

jaenelle signature

Mes sources :
Rendez-vous sur Hellocoton !